COP 21 ! Comment agir localement (2) ?

mercredi 4 novembre 2015

COP 21 ! Comment agir localement (2) ?

Ce deuxième article est consacré aux actions que Toulouse Métropole a décidé de mettre en œuvre dans le cadre de son » plan climat énergie » Pour chaque cible nous donnons le point de vue de notre association..

Plan Climat Énergie Territorial de Toulouse Métropole

Toulouse Métropole s’est fixée à l’horizon 2020 de mettre en œuvre 7 cibles prioritaires qui se déclinent en 130 actions, dont 20 actions phare et 20 éco-gestes citoyens.

Cible N°1 :

- Réduire notre grande dépendance aux énergies fossiles, par exemple le carburant de nos voitures ou bien encore l’électricité de nos foyers.
- Diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et limiter les consommations d’énergie.
- Privilégier les énergies renouvelables, diversifier les approvisionnements et encourager l’installation ainsi que la valorisation des énergies renouvelables.

Actions de Toulouse Métropole :

Création de l’Autorité Organisatrice de l’Énergie qui a pour but de veiller :

• À la diminution des consommations énergétiques.

• À la diversification de la production d’énergie et au développement des énergies renouvelables.

• À l’optimisation de la distribution d’énergie et au développement des réseaux de chaleur.

• Au développement des conseils et des aides sur l’énergie.

Avis de notre association :

- Toulouse métropole doit investir pour améliorer le rendement de l’incinérateur du Mirail afin d’atteindre un taux de valorisation d’au moins 60% (il est de 38% aujourd’hui).

- Toulouse Métropole doit montrer l’exemple en équipant ses bâtiments et son foncier urbain ( parking places ) de sources d’énergie renouvelables ( toitures et ombrières en Parking) le potentiel est considérable, et c’est une source de revenu pour la collectivité et de l’emploi pour les entreprises.

- Toulouse métropole doit favoriser (par des aides par exemple) l’installation individuelle ou collective de panneaux photovoltaïque et/ou de chauffe-eaux solaire.

- Toulouse Métropole a-t-elle fait un audit énergétique de ses bâtiments et de son parc automobile et poids lourds ? Est-ce que le transfert du Parc des expositions à Bauzelle est en phase avec les objectifs ?

- Est-ce que l’abandon de la méthanisation à Sesquières n’est pas une perte de source d’énergie renouvelable pour les transports en commun de la Métropole ?

Cible N°2 :

Développer l’éco-mobilité, c’est privilégier les modes de transport moins polluants comme le train, le métro, le tramway, le bus et bien sûr le vélo et la marche à pied ! Proposer plus de transports en commun, rendre les déplacements accessibles à tous et mieux gérer les déplacements de marchandises font partie des enjeux d’une métropole durable. Autopartage, plans de déplacement entreprises / inter-entreprises, covoiturage… Ces différents modes de transport contribuent à construire les nouvelles mobilités de notre territoire.

Actions de Toulouse Métropole :

Développer les transports en commun avec l’objectif d’ici 2020 de :

• Passer de 16 % à 23 % la part des déplacements en transports en commun.

• Multiplier par 3 la taille du réseau de transports en commun. Développer la marche à pied et l’utilisation du vélo

• 700 kms de réseaux cyclables et verts aujourd’hui avec le Plan Vélo. Objectif : 840 kms en 2020.

Réaliser un plan de déplacement des marchandises

• Réduction de 10 % de GES sur le transport de marchandises en 2020. La Ville de Toulouse accorde une aide à l’achat de véhicules utilitaires électriques pour les entreprises.

Avis de notre association :

- Ces actions sont largement incluses dans le Plan de Déplacement Urbain dont le périmètre couvre 115 communes. Ce plan est en cours de révision et fait l’objet d’une concertation publique avant l’enquête publique en 2017 et l’adoption en 2018.

- L’objectif de développer les réseaux cyclables et verts pour passer de 700 kms à 840 kms nous paraît peu ambitieux. Bien qu’en hausse par rapport aux années précédentes, les investissements consacrés aux deux roues pour la période 2011/ 2020 ne représentent que 5,5% (150 millions € soit 15 millions € /an) de l’investissement total (environ 2 milliards €).

- La réussite de ces actions demande une planification ambitieuse dans le PDU et le PLU, notamment dans la maîtrise du foncier..

- Sensibiliser les habitants à l’usage de vélo et rétablir l’aide de Toulouse Métropole pour l’acquisition de vélo à assistance électrique.

Cible N°3 :

Développer la solidarité énergétique : Face à la hausse constatée de la précarité énergétique sur notre territoire, le Plan Climat vise à accompagner les habitants et les aider à réaliser des économies d’énergie dans leur logement. Au-delà de l’urgence environnementale, les enjeux sociaux sont importants dans un contexte de hausse du prix de l’énergie. Actions de Toulouse Métropole :

* Produire des logements sociaux intégrant des performances énergétiques et environnementales élevées

• Construction d’au moins 2 100 logements sociaux par an.

• Réhabilitation de 2 000 logements sociaux par an.

* Mettre en place un programme de prévention de la précarité énergétique par un soutien à la réhabilitation de 500 logements privés par an à partir de 2012. Objectif de 1 000 logements par an d’ici 2020.

* Renforcer le conseil en énergie aux habitants et copropriétés : Nouvelles permanences de proximité dédiées aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables :05 67 69 69 67.

Avis de notre association :

- Puisqu’il y a là un volet social, est-ce que la construction et la réhabilitation de logements sociaux est un vecteur d’emploi pour les bénéficiaires de ces logements ? est ce que ces bénéficiaires sont accompagnés (sensibilisés, motivés, etc..) pour un bon « vivre ensemble » qui peut aussi impacter les résultats énergétiques et de durabilité de ces bâtiments ?

- Renforcer le conseil en énergie….Il est difficile pour le citoyen « ordinaire » d’être bien informé en ce domaine et de savoir à qui s’adresser pour obtenir des infos/conseils et des aides éventuelles. Il faut donc que la Métropole améliore la communication (communication régulière et soutenue sur différents supports) et qu’elle facilite les procédures d’accès aux aides (clarifier la communication, simplification des règles d’attribution et des dossiers de demande…)

Cible N°4 :

Construisons et rénovons durable : Réaliser des bâtiments à haute performance énergétique et climatique, en rénovation comme en construction neuve, permet de consommer moins d’énergie et de réduire les émissions des gaz à effet de serre. Privilégier les énergies renouvelables, mieux isoler les constructions et sensibiliser les usagers.

Actions de Toulouse Métropole  :

* Réaliser des opérations pilotes pour sans cesse affiner les règles de performances énergétiques dans la construction neuve.

* Développer l’intégration d’éco-matériaux dans les projets de la Communauté urbaine – augmentation de20 % d’éco-matériaux pour la rénovation des bâtiments et structuration des filières locales.

* Sensibiliser les habitants et les professionnels du bâtiment à l’éco-construction.

Avis de notre association :

- Ces actions seront-elles évaluées par des indicateurs de suivi ?

Cible N°:5

Contribuons à un urbanisme mieux maîtrisé : La création d’éco-quartiers s’inscrit dans une dynamique de développement urbain et une volonté de cohérence avec les quartiers environnants. Le Plan Climat Énergie Territorial contribue à valoriser l’espace public, à le rendre plus attractif, à faciliter la cohabitation entre les différents usagers, à préserver le patrimoine historique et les ressources naturelles. Une programmation globale et cohérente a été engagée pour répondre à l’accroissement démographique du territoire, faciliter les déplacements, améliorer la qualité des voies et l’accessibilité des espaces publics, créer de nouveaux espaces verts…

Actions de Toulouse Métropole :

* Intégrer les enjeux énergétiques et climatiques dans les opérations d’aménagement et les grands projets

• Végétalisation de l’espace public, limitation des surfaces minéralisées, choix de matériaux clairs, bâtiments performants, développement de l’espace dédié aux modes doux.

* Anticiper un futur Plan Local d’Urbanisme communautaire au regard des exigences Énergie/Climat • Préserver les espaces naturels, limiter l’étalement urbain…

* Appliquer un référentiel d’aménagement et d’urbanisme durable • Lutte contre l’îlot de chaleur urbain, intégration de l’habitat bioclimatique

Avis de notre association :

- Ces bonnes intentions seront-elles suivies d’effets ?. Par exemple en intégrant les avis des associations et des habitants dans l’élaboration du PLU. En mettant en place une réelle concertation dans la réalisation des OAP. C’est à dire en organisant de véritables réunions de travail et non pas de simples réunions de présentation de projets.

- Développer les réseaux de chaleur et / ou géothermique pour les nouveaux ensembles à construire, notamment dans les OAP comme celle de Guilhermy.

- le choix affiché de matériaux clairs est semble-t’il dicté par une volonté de lutter contre la chaleur, mais n’y a-t-il pas des matériaux ou des dispositifs qui favorisent la capture de la chaleur en hiver et limitent le rayonnement solaire en été ? (type ombrières, etc..) performances des toitures végétalisées (à voir au palais des sports ?)

- En contre partie de la densification (qui va très certainement accroître la pollution), il est nécessaire d’augmenter les espaces verts et les surfaces plantées d’arbres dans la Métropole, ce qui aura également pour effet induit l’amélioration de la qualité de vie. De même, au niveau des immeubles, il paraît nécessaire d’intégrer de grandes terrasses qui pourront permettre la plantation de nombreux végétaux et de « micro jardins ». Ici encore : amélioration de la qualité de vie et réduction de la pollution (en particulier gaz carbonique).

Cible N°:6

Préservons les ressources naturelles et agricoles : Sur notre territoire, occupé pour plus d’un quart par des espaces agricoles, la priorité est de privilégier toutes les actions permettant la préservation de la ressource eau, la protection et le renforcement de la biodiversité. Les espaces naturels ou cultivés concourent eux-mêmes à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique grâce à leur action sur la régulation thermique, l’absorption du carbone, et leur apport de fraîcheur. Toulouse Métropole a pour ambition de faire évoluer les modes de consommation et les pratiques alimentaires, de développer une agriculture locale et des circuits courts, d’améliorer la prévention et la gestion des déchets

Actions de Toulouse Métropole :

* Préserver et développer l’agriculture durable

• Application de la « Charte pour une agriculture durable en territoires périurbains », signée en juin 2012.

• Développement des circuits courts de proximité.

• Création d’un réseau de fermes en ville : parc agricole et naturel de Pin-Balma, ferme maraîchère aux Izards, ferme pédagogique de Bellerive…

* Préserver la biodiversité par l’élaboration d’un programme coordonné à l’échelle de la Communauté urbaine

• Protection et valorisation des espaces naturels au regard de leur rôle et des menaces qu’ils subissent face au changement climatique.

* Rationaliser et réduire la consommation d’eau

• Participation à l’objectif national de réduction de 20 % d’ici à 2020.

* Prévenir la production de déchets • Objectif de réduction de 7 % d’ordures ménagères entre 2012 et fin 2016.

Avis de notre association :

- Nous proposons que les cuisines municipales utilisent les produits issus de l’agriculture biologique de proximité.

- Nous proposons que la « Préservation de la biodiversité » soit mise en œuvre par :

* une méthode de végètalisation écologique favorisant le maillage vert et son rôle de corridor écologique.

* une préservation et un renforcement du réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques.

- Toulouse métropole doit inciter fortement les citoyens à faire du compostage individuel et collectif quand cela est possible afin de réduire la quantité d’ordures ménagères à incinérer.

- La principale cause d’excédent de consommation d’eau réside dans les fuites présentes dans les réseaux. Toulouse Métropole doit construire un plan permanent de remise à niveau de ses réseaux afin de supprimer cette cause.

- Est ce que les objectifs de réduction d’eau s’appliquent aux productions agricoles ?

- Est ce que la préservation des surfaces agricoles ne s’accompagne pas automatiquement d’une densification urbaine ?

Cible N°:7

Impliquer tous les acteurs du territoire ; Mobiliser tous les moyens d’actions nécessaires : Avec une responsabilité partagée, la réussite du Plan Climat Énergie Territorial dépend de l’implication de tous les acteurs. Les collectivités sont responsables, de part leurs activités - achats, déplacements, travail des agents - de 12 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) au niveau national.

Actions de Toulouse Métropole :

* Diminuer la consommation énergétique de ses bâtiments et de l’éclairage public

- Participation à l’objectif défini par Le Grenelle de l’Environnement : - de 38 % de consommation énergétique sur les bâtiments d’ici 2020.

* Réduire les impacts liés à l’activité

- Gestion écologique des espaces verts.

- Plan de mobilité des employés et formation à l’éco-conduite.

- Programme de prévention des déchets des services.

* Mobiliser les acteurs et organiser des actions transversales

- Élaboration d’un programme communautaire d’éducation à l’environnement et au développement durable.

- Animation du tissu économique sur les thèmes énergie/climat.

- Engagement d’un plan local d’adaptation au changement climatique.

Avis de notre association :

- Ces intentions louables et peuvent avoir un effet positif sur les comportements, encore faudrait-il mettre en place un système de suivi et d’évaluation permanent.

- Comme indiqué dans les précédents articles, la principale cause d’émission de GES se trouve dans les transports. Toulouse Métropole doit construire un plan pluriannuel pour adapter l’ensemble de sa flotte de véhicule (transports en communs , poubelles,… ) a une énergie motrice propre.

- De plus l’investissement en véhicules « propres » doit être étendu à toutes les collectivités (EDF, PTT….). De même les entreprises spécialisées dans les livraisons au sein de la Métropole devraient être incitées à n’utiliser que des véhicules « propres » (sinon, interdiction d’accès ou pénalités….) . De même une incitation plus forte et plus contraignante doit être mise en place pour que la grande distribution utilise beaucoup plus de produits locaux afin de réduire les transports longue distance.

- Economie d’éclairage : l’éclairage des stades n’est pas abordé semble-t-il alors que l’énergie consommée pratiquement tous les soirs est énorme (parfois autant, voire plus parfois, que l’éclairage des rues du quartier ?)

- Il faut également faciliter le développement du covoiturage en le facilitant, en particulier sur les courtes distance pour accéder sur les lieux de travail (augmentation du nombre et de la taille des parkings, voies de circulation prioritaires réservées aux véhicules comportant 3 passagers au moins : par exemple sur le périphérique, accès à certaines voies de bus ???)

- Y a-t-il un plan de déplacement d’entreprise pour les employés de Toulouse Métropole ?

D’une façon plus générale, ce plan manque d’objectifs précis et de feuille de route année par année ainsi que de mise en place d’indicateurs de suivi. Ces 3 éléments fondamentaux permettraient de maîtriser un plan de développement (mais ceci est très peu répandu dans les collectivités locales qui se contentent généralement et malheureusement d’un traitement « politique »). Espérons qu’un jour cela changera petit à petit….


Documents joints


Commentaires

jeudi 5 novembre 2015 à 08h45

Un véhicule propre ça n’existe pas ! l’électricité nucléaire produit (sans parler des déchets radioactifs) du CO2 : extraction et conditionnement du minerai construction et maintenance des centrales. idem pour le véhicule les batteries et la fabrication et l’entretien produisent du CO2 bilan environ -20% de CO2 seulement.
1-Sur Saint Simon utiliser le vélo peut vous couter la vie. Pourtant nous ne sommes Q’à 1km environ du métro.
2- le métro en étoile ne sert réellement qu’au centre ville, pour la petite couronne ce schéma de transport public est une absurdité que Mr Moudenc va encore prolonger avec la 3eme ligne. Pour me rentre au travail de St Simon à Rangueil jusqu’à 1h30 !!! en voiture 45 mn bus métro, 35mn en vélo. Pour éviter cela il faut du transport public direct en site propre autour de la petite couronne pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas utiliser le vélo.
3- Produire de l’électricité solaire ou éolienne n’est pas neutre pour l’environnement. Il faut pour en limiter les effets, favoriser le stockage de l’électricité en campagne on peut remonter de l’eau , en ville on pourrait utiliser des sels fondus (si la société Areva arrêtait de bloquer ces projets en France pour vendre du nucléaire alors qu’il les vend en Afrique ou en Inde).
4- Favoriser l’isolation thermique voire la sur isolation thermique. Quand Moudenc augmente les impôts locaux (pour un quartier mal desservi) plutôt que de construire sa 3eme ligne il ferait un excellent geste pour l’environnement en aidant directement ( j’insiste directement) les foyers modestes à isoler leur foyer. Le dégrèvement d’impôt ne sert qu’à ceux qui ont les moyens de faire isoler c’est trop cher pour des revenus modestes.