Densification rue Réguelongue : HALTE A l’ASPHYXIE !!

samedi 8 septembre 2012

La pétition demandant l’annulation du permis accordé pour 21 logements rue Réguelongue a été envoyée, (faute de R-V) à M. le maire avec un courrier d’accompagnement.

Cette pétition qui a reçu au 29 août le soutien de 409 habitants, alerte aussi le maire sur la situation de toute la rue Réguelongue qui se situe dans un zonage à fort potentiel d’urbanisation (R+3 soit une hauteur de 12,50 m).

Nous avons reçu une réponse négative au recours gracieux que nous avons envoyé le 5 juillet pour demander l’annulation de ce permis.

Par ailleurs un autre permis pour 71 logements au 62 rue Réguelongue a été accordé le 31 juillet.

Nous avons à plusieurs reprises mené auprès de la Mairie des actions destinées à résoudre les difficultés de circulation et de stationnement de la rue Règuelongue particulièrement engorgée :

- Réunion avec les riverains pour améliorer les conditions de stationnement,

- Ce recours contre un permis de construire de 21 logements,

- Courriers et actions pour améliorer la circulation dans le quartier et plus particulièrement dans cette rue.

- Demande d’inclure dans le PLU une OAP ( Orientation d’Aménagement et de Programmation), dans la zone "Réguelongue". Ce nouveau concept qui est un point fort du nouveau plan local d’urbanisme a pour but d’adapter l’urbanisation d’un secteur aux besoins des habitants en tenant compte de la problématique transport, circulation, stationnement etc...

Ce nouveau permis de construire va à coup sûr contribuer à dégrader de façon irréversible la circulation dans cette rue et en engorger le stationnement.

Nous sommes très déçus de l’attitude de la mairie qui poursuit ses objectifs d’urbanisation sans tenir compte de nos arguments, malgré une démarche de démocratie participative qui n’est en fait qu’illusion et communication !

Nous avons besoin du soutien et de l’implication des riverains de Réguelongue mais aussi des habitants de Saint-Simon pour faire stopper tous les projets analogues et contraindre la mairie à discuter sérieusement de l’urbanisation du quartier. 

Notre bureau se réunit le premier Lundi de chaque mois à 20h30 au centre d’animation chemin Liffard !

Vous y serez les bienvenus !

CONTINUEZ A SIGNER LA PETITION


Commentaires

dimanche 4 novembre 2012 à 17h22

"Il n’y a aucune raison objective pour la mairie à refuser un tel permis de construire"
Si, si, c’est l’article 3.1 du PLU qui peut interdire une construction d’une importance qui n’est pas en rapport avec la desserte de la parcelle par la voirie. Et c’est le cas ici, comme d’ailleurs M. Benyahia a refusé en octobre 2011 un permis au N°98 en se basant sur cet article.

"Bon c’est sûr, comme monsieur veut sa voiture et madame aussi, comportement multiplié par autant de nouveaux logements, ça va nous ajouter des beaux embouteillages."
J’ai habité à Paris et si je pouvais me passer de la voiture, je serais très heureux !
Essayez d’utiliser les transports en commun quand vous habitez au centre de St Simon, et ensuite on discutera. Quant au vélo, j’ai essayé, mais risquer ma peau sur les trottoir de la route de St-Simon ou ch. de Basso-Cambo, ça m’a un peu lassé.

Quant à la densification, elle doit pouvoir se faire intelligemment en respectant les habitants déjà présents et non pas à grand coup de bâtiments de 4 ou 5 niveaux à 8 mètres des maisons individuelles.

lundi 17 septembre 2012 à 19h33

Faut pas se leurrer : avec la progression démographique de l’agglomération toulousaine, la banlieue constituée de pavillons sur 700 m2 de terrain ne peut pas résister face à la densification urbaine... c’est un combat d’arrière-garde parce que les villes se sont toujours développées et agrandies ainsi.
Il n’y a aucune raison objective pour la mairie à refuser un tel permis de construire.
Bon c’est sûr, comme monsieur veut sa voiture et madame aussi, comportement multiplié par autant de nouveaux logements, ça va nous ajouter des beaux embouteillages.
Et si la solution est, comme je l’ai lu sur un tract de St-Simon-Environnement, de transformer le boulevard Eisenhower en autoroute, on va droit dans le mur : plus de routes = plus de voitures. On n’en sort jamais alors.
Mais le toulousain, sans sa bagnole, il comprend plus où il habite ! :-)