Incinérateur de Monlong : Commision de suivi 2015

dimanche 11 octobre 2015

Voici les réponses aux questions que nous avons posé lors de la Commission de suivi de l’incinérateur d’ordures ménagères du Mirail en réaction au rapport d’activité de 2014 dont vous trouverez des extraits en pièces jointes.

Le moins que l’on puisse dire c’est que les responsables de l’usine, le représentant de l’état ou celui de la mairie ( d’ailleurs absent ce jour là), ne font pas beaucoup d’efforts pour répondre aux questions des associations.

À VOUS DE JUGER !

* La valorisation énergétique équivaut à un rendement d’environ 40 %. Nous avons fait remarquer que ce n’était pas suffisant pour avoir l’appellation « d’Unité de Valorisation énergétique » ou de « Centre de Valorisation des Déchets Urbains » »(Décret préfectoral du 28 sep 2012).

* Réseaux de chaleur urbain St Simon avec 1000 logts ( Tibaous, Guilhermy) et les écoles n’est pas inclus dans le réseau de chaleur.

Réponse : ce n’est pas du ressort de la SETMI dont le rôle est de fabriquer l’eau chaude mais qui n’assure pas (ça fait plusieurs années) sa distribution. C’est la société Cofathec Coriance qui en est chargées sous la responsabilité de la Métropole. (1)

* L’énergie produite en 2014 et ratio valorisation sont inférieurs à 2013 alors que le tonnage traité est supérieur :

Réponse : : Pas d’ explication ; des études sont en cours pour améliorer le rendement, (ça fait plusieurs années), toujours rien de concret pour l’instant.

* Dépassement du seuil de l’arrêté préfectoral de la température de l’eau de juin à nov : explication ? réaction ?

Réponse :C’était déjà le cas les années précédentes( 2003 : de juil. à oct. ; 2012 : d’avr. à oct,). À étudier pour la CSS 2016.

* NOX : en auto surveillance pas de valeur > 180. Moyennes totales annuelles : 2012 : 179 ; 2013 : 163 et 2014 : 156 alors que la qté déchets traités est supérieure. Mais voir p 32 & 33 : incohérence : SO2 : 1 mesure ; NOX plusieurs mesures dont une à 198.5, non conforme à p 29 : explication ? réaction ?

*p 30 dépassements de l’arrêté préfectoral (poussières, NOX, SO2 ?) : peut-on connaitre la nature de ces dépassements.

Réponse : Pas d’explication satisfaisante. Soupçon sur le matériel de mesures !.

* p 35 mesures dioxines : point sur l’implantation du contrôle semi continu en 2014 ?

Réponse :Implantation faite, premiers résultats à la prochaine CSS

* Nanoparticules contenues dans les fumées de l’usine.

Réponse :Aucune information sur le sujet.

* En cas d’alerte pollution lancée par ORAMIP entrainant une diminution générale des rejets, situation de la SETMI ?

Réponse : Sujet hors de la compétence SETMI ; Rien de prévu actuellement car la participation de la SETMI à la pollution de Toulouse est faible : ces alertes concernent en effet de grandes zones et globalisent l’ensemble des émetteurs polluants, dont la circulation routière est le principal contributeur. Poser la question dans le cadre du PPA (Plan de Protection de l’Atmosphère) en enquête publique en ce moment (du 28 sept au 6 nov)

*site internet SETMI : les résultats des contrôles environnementaux ne sont plus affichés depuis fév. 2015. Pourquoi ?

Réponse : Surprise (ce n’est pas possible…) Pas de réponse. De fait, ce jour, ils sont revenus… partiellement...(http://www.uve-setmi.info/index.php...)

* Situation vis-à-vis d’une demande de réduction des rejets de CO2 dans le cadre COP 21

Réponse :Rien de prévu pour l’instant. C’est Techniquement difficile.

* DECOSET : incitation au compostage

Réponse : La question est à poser à la mairie de la ville de Toulouse. La responsabilité de DECOSET ne concerne que l’élimination des déchets ménagers et les moyens correspondants mais non leur enlèvement. Il est de la responsabilité de la mairie d’organiser le tri, le ramassage et le transport des déchets, dans ce cadre elle peut promouvoir le compostage. C’est le cas à Blagnac dont le maire était présent et qui a fourni ces explications. La mairie de Toulouse n’était pas représentée à cette CSS.

Nota 1 : pour la petite histoire… C’est en 2007, lors de la renégociation du contrat avec la SETMI que la ville de Toulouse a décidé de séparer les fonctions de production et de distribution de l’eau chaude en les confiant à 2 sociétés différentes.


Commentaires