Naissance et construction de la ZAC des Tibaous

mercredi 10 mars 2010

Située à la limite Sud-Ouest de la ville, entre la route de Seysses et le chemin de Tucaut, la zone des Tibaous présentait une situation foncière très morcelée sur une superficie de 21 hectares. La ville a donc décidée dés 1999, d’y réaliser une opération cohérente sur le plan de l’urbanisme.

Notre association n’était pas opposé à ce type d’opération et a essayé tout au long du processus de faire valoir son point de vue et d’influer sur les décisions prises par les aménageurs et la ville.

JPEG - 169.3 ko
Tibaous : Plan de situation

1999 : Enquête publique pour la création d’une réserve foncière dans la zone des Tibaous. Une ZAC est prévue dans cette zone.

2003 : La nouvelle école des Tibaous est ouverte.

2004 : Nous donnons un avis critique à la première phase de concertation.

2005 : La mairie prend en compte partiellement nos demandes et décide de réserver, pour l’espace public, un terrain d’environ 5000m2, jouxtant l’école.

2006 : Enquête publique

2007 : Nous suivons l’évolution du projet. Les travaux d’implantation des voies et des réseaux souterrains sont achevés en fin d’année. Les lots sont attribués et quelques permis de construire déposés.

2008 : 81 permis accordés dont 79 pour des collectifs de plus de deux logements situés quasiment tous dans la ZAC des Tibaous.

Octobre 2009 : Le total cumulé des permis accordés concerne 467 logements.

Novembre 2009 : Les premiers logements construits par la SA HLM « La cité jardins »sont livrés.

Décembre 2009 : Une nouvelle maison de retraite médicalisée d’une capacité de 80 lits ouvre ses portes.

ENQUETE PUBLIQUE ZAC DES TIBAOUS PHASE DE CONCERTATION

Voici le texte de la lettre que l’association St Simon environnement a mis dans le dossier d’enquête publique :

Monsieur le commissaire,

Tout d’abord, nous protestons vivement sur la très faible quantité d’informations proposée. Il est en effet impossible de critiquer un projet dont on ne connaît quasiment rien : implantation et hauteur des bâtiments, espaces publics, équipements, transport etc.

Nous rappelons que l’urbanisme ne doit pas avoir pour seul objectif le logement des personnes. Un véritable projet d’urbanisme doit intégrer la qualité de vie, l’environnement, et répondre aux exigences réglementaires en terme de déplacements (PDU).

Veuillez trouver ci-dessous les observations de notre association concernant l’enquête publique de la ZAC des Tibaous :

1/ Le nombre de logements envisagé :

Plusieurs chiffres sont avancés qui vont de 550 (Plan Aménagement Développement Durable) à 750 logements. Nous considérons que le chiffre maximaliste de 750 logements sur une surface de 21 hectares n’est pas cohérent avec un développement harmonieux et humain du quartier tel que nous le souhaitons.

D’ailleurs à titre d’exemple nous signalons que l’école des Tibaous dans sa configuration actuelle est déjà presque saturée.

D’autre part en terme de trafic automobile, nous estimons que la route de Seysses et le chemin Tucaut, actuellement très chargés, ne supporteront pas un afflux supplémentaire de véhicules venant des Tibaous et du quartier Saint-Simon.

C’est pourquoi, il nous paraît raisonnable de limiter l’habitat de cette ZAC à 500 logements.

2/ Le type d’habitat :

Le projet prévoît un habitat mixte : de la villa individuelle au bâtiment R+3 en passant par le R+2 et sans oublier les barres de villas en R+1. Il nous paraît préférable de ne construire que des R+1(maisons jumelées par exemple)voire des R+2 (petits collectifs) mais répartis harmonieusement sous forme d’îlots reliés entre eux par des cheminements piétons - cycles. Ce modèle d’urbanisation permettrait de libérer de l’espace qui pourrait être mieux utilisé pour les équipements publics, les espaces verts, les aires de jeux, etc... On remarque que dans cette hypothèse d’aménagement il n’y aurait pas de R+3. Sur 21 hectares, 4 hectares doivent être réservés (hors voiries) aux équipements et espaces publics.

Sur les 17 hectares, 20% environ seraient utilisés par les voiries. Il reste donc 13,6 hectares sur lesquels pourraient être construits 500 logements sur des lots de 270 m2. Si des petits collectifs sont construits, cela pourrait augmenter l’espace public et/ ou la taille des parcelles individuelles.

3/ Les parkings :

La ZAC doit prévoir au minimum 3 parkings par logement. Le nombre de parkings extérieurs prés des logements, des commerces et des équipements devra tenir compte des résidents et des visiteurs. Il faut souligner, que nous parions sur le déplacement piétons et cycles dans la ZAC. L’objectif étant que les enfants se rendent à l’école à pied, que les accès aux commerces et équipements publics soient eux aussi accessibles par ce moyen.

4/ L’habitat social :

Notre association n’est pas du tout opposée au logement social et elle est favorable à la mixité sociale mais il nous paraît beaucoup plus judicieux de répartir les logements sociaux sur l’ensemble du quartier plutôt que de les concentrer sur la ZAC. Nous protestons vigoureusement et demandons que soit mis en oeuvre une autre stratégie que celle proposée.

30% de logements sociaux c’est trop, beaucoup trop !

5/ Accès et voiries :

Quatre accès sont inscrits et font l’objet d’emplacements réservés au POS. Nous notons avec satisfaction que les ER 285 chemin Tucaut et ER 286 route de Seysses sont du type giratoire. Le ER 284 débouchant chemin Monlong devra être élargi. Le ER 284 débouchant chemin du loup devra âtre dédié aux seuls piétons et cycles. La voiries primaires et secondaires devront être dotées de trottoirs et de pistes cyclables en site propre. La voirie primaire ne devra pas pour des raisons de sécurité, passer devant l’école. Le débouché sur les giratoires et les voies devra particulièrement être étudiés pour offrir un maximum de sécurité. Une liaison piétons-cycles vers le centre de Saint Simon via le chemin du Loup, Canto Laouzetto doit être établie.

Comme signalé plus haut nous sommes très réservés quand à la capacité d’accueil de la route de Seysses et du chemin Tucaut pour accueillir le trafic supplémentaire de venant de la ZAC des Tibaous et du quartier Saint-Simon.

6/ Les équipements :

Cette ZAC accueillera entre 1500 et 2000 personnes. Les équipements de qualité et en nombre suffisant doivent y être installés :

- Extension de l’école .
- Un centre d’animation,
- Une crèche,
- Salles de réunion pour les associations
- Des Espaces vert,
- Aires publiques : bancs + aires de jeux, promenades, square avec un petit plateau pour les jeunes ( balle, roller, etc..)
- Un terrain de boules
- Un terrain de sport
- Un Gymnase,
- Des commerces de proximité.

Le terrain mitoyen de l’école situé à l’Est, et sur lequel est envisagé un habitat R+1 doit être utilisé pour les équipements public tel qu’un terrain de sport par exemple.

7/ Transports en commun :

Il est absolument indispensable que les transports en commun desservent de manière efficace, non seulement les Tibaous mais aussi les chemins Monlong, Loup, Canto Laouzetto. Un schéma de transport doit être étudié sérieusement. Il devra permettre des liaisons vers le métro,la gare de Portet, le collége, le lycée, les centres urbains périphériques ( Cugnaux, Tournefeuille ). Il doit être attractif, rapide, confortable avec des fréquences adaptées et des arrêts bien répartis.

8/ Développement durable

La ZAC des Tibaous pourrait être une opération pilote dans le domaine du "développement durable" et de l’aménagement paysager. Les constructions pourraient être conçues en intégrant :
- Utilisation des énergies renouvelables : chauffe-eau solaire, panneaux solaires photovoltaïques,
- Utilisation de chauffage collectif avec pompes à chaleur,
- Utilisation de matériaux recyclables,
- Construction à faible consommation d’énergie.

CONCLUSION :

- L’avis énoncé ci dessus n’est pas définitif, car les éléments fournis pour cette phase de concertation sont très limités.
- En conséquence l’association Saint-Simon environnement se réserve un droit d’opposition ultérieur .


Portfolio

Tibaous : attribution des lots mars 2009

Commentaires