La géothermie, une énergie du futur pour notre quartier.

jeudi 16 février 2012

Nous avons fait des recherches sur cette technique énergétique. Nos conclusions sur Toulouse et sa région, très encourageantes, nous ont incité à écrire au maire pour suggérer son étude systématique lors de projets de constructions d’infrastructures nouvelles (comme le futur groupe scolaire de Guilhermy).
Le maire nous a répondu en nous remerciant et nous félicitant de l’avoir relancé sur ce concept très prometteur. Nous vous proposons une synthèse de nos recherches.

Toulouse et sa région possèdent de très grandes potentialités en la matière.
Voir la carte ci-dessous extraite du site du BRGM.

JPEG - 200.2 ko
carte SIG du BRGM potentialités MIP géothermie

 

 

 

 

 

- un article sur localtis.info daté du 7/11/2011 indique : « Le gouvernement vient de mettre en consultation un projet de décret relatif au cadre juridique de la géothermie de minime importance et modifiant le décret n°2006-649 du 2 juin 2006...La géothermie, qui représente la troisième source d’énergie renouvelable derrière la biomasse et l’hydraulique, devrait représenter 10% sur les 23% de la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique français d’ici à 2020. Le Grenelle prévoit ainsi une multiplication par six de la production entre 2006 et 2020...Dans le cadre de la proposition de loi relative à la simplification du droit, de Jean-Luc Warsmann (déposé à l’Assemblée nationale le 28 juillet 2011), une disposition propose ainsi de clarifier le régime applicable à la géothermie de minime importance...Enfin, il prévoit le rehaussement du niveau de qualité et de fiabilité des ouvrages de géothermie, y compris pour la protection de l’environnement, par des exigences techniques fondées notamment sur le respect de la norme "AFNOR NF X 10-970" relative aux sondes géothermiques verticales...A noter, le gouvernement a par ailleurs lancé, le 3 novembre dernier, un appel à manifestations d’intérêt (AMI) dédié à la géothermie dans le cadre de l’action "Démonstrateurs en énergies renouvelables et décarbonées" des investissements d’avenir. Piloté par l’Ademe, cet AMI est doté d’une enveloppe de 1,35 milliard d’euros. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 mars 2012. »
- site de l’OREMIP, pour les 4 types d’exploitation de la géothermie :
La géothermie très basse énergie : exploitation de la chaleur du sous-sol à des températures inférieures à 30°C. Généralement l’énergie récupérée passe par une pompe à chaleur pour assurer les besoins de chaleur des bâtiments (ou de froid dans le cas de pompes réversibles).
La géothermie basse énergie : exploitation de la chaleur du sous-sol à une température comprise entre 30°C et 90°C. La chaleur peut être utilisée directement pour le chauffage urbain, le chauffages des serres, le thermalisme...
La géothermie moyenne énergie : exploitation de la chaleur du sous-sol comprise entre 90°C et 150°C. La chaleur peut être soit utilisée directement pour assurer des besoins de chaleur, soit pour produite de l’électricité (circuit à fluide volatil).
La géothermie haute énergie : exploitation de la chaleur du sous-sol à des températures supérieures à 150°C pour la production d’électricité.
En Midi-Pyrénées, on dénombre une seule installation de géothermie dédiée au chauffage urbain. En 2009, l’exploitation du puits de géothermie du Ritouret de la ville de Blagnac (31) a produit 6,3GWh (chauffage urbain).
- un dessin explicite de tous ces cas :

JPEG - 147.1 ko
dessin des 4 types de géothermie

 

 

 

 

 

- du très récent au très ancien par l’ADEME : « La terre est active et la géothermie (mot issu du grec « gê » = terre et « thermos » = chaud) est une spectaculaire manifestation de son énergie. La première utilisation d’eaux chaudes naturelles remontent à des milliers d’années avant J-C. La région Midi-Pyrénées en a d’ailleurs gardé la mémoire à travers ses sites de thermalisme. »

- Le Plan Climat Energie Térritorial (PCET) de Toulouse auquel plusieurs membres du bureau participaient en 2011, a abordé la géothermie. Il s’agit de l’axe1 Améliorer notre impact sur le climat, et dont la proposition 8 Relancer la géothermie régionale dans la perspective d’utilisation à basse température indique : « Un potentiel important existe dans la région pour la géothermie de moyenne profondeur avec une nappe à une température d’une cinquantaine de degrés. Elle avait été jugée non exploitable il y a 30 ans. Cette question est à reconsidérer avec le développement de chauffage basse température pour des logements bien isolés. Avec la géothermie de moyenne profondeur, l’impact environnemental est nul dès lors qu’il y a réinjection de l’eau dans le puits. »

Nous suivrons les évolutions des grands projets immobiliers de notre quartier pour la réalisation d’études d’exploitation de la géothermie. Des particuliers peuvent aussi en bénéficier. Vous pouvez nous demander des précisions et des informations.
Bruno Druille


Commentaires